Le football, en tant que premier sport mondial en termes de popularité, a toujours été une vitrine de la technologie. Que ce soit dans un but purement sportif ou pour innover à l’aide du sport, les apports technologiques ont durablement transformé le jeu, en dehors comme sur les terrains. Des championnats officiels virtuels aux dernières inventions qui transforment les matchs, petit zoom sur deux domaines qui font décidément très bon ménage.

La VAR, dernière née d’une longue lignée

Quand on parle de technologies sur les terrains, on pense directement à la VAR, cette assistance vidéo qui aide les arbitres durant le match. Approuvée par les instances officielles en 2016, elle a été utilisée la première fois lors d’un match de la Coupe du monde des clubs, puis en France pour un match international. Si elle fait aujourd’hui couler beaucoup d’encre, elle était perçue comme une véritable révolution à l’époque. Finis les hors-jeu et les fautes visibles qu’à l’œil de la caméra. Fini les débats journalistiques sur une faute que l’arbitre n’aurait pas vu et qui change le match. Vraiment ?

Si la VAR est sujette à un flot de critiques incessant, c’est bien que ces problèmes n’ont pas vraiment été réglés suite à sa démocratisation. Ainsi, bon nombre de polémiques ont entaché cette technologie sans parler du temps interminable de décisions qu’elle impose. Certains fans de football crient à la destruction du charme d’un sport qui n’a jamais été aussi strict dans l’application de ses règles. D’autres saluent l’effort, mais concèdent que le corps arbitral comme la technologie ne sont pas encore au point.

Pourtant, si l’intronisation de la VAR a été possible, c’est bien parce que sa grande sœur avait fait des miracles.

Tous les amateurs de football se souviennent du match. De ce huitième de finale Angleterre – Allemagne durant la coupe du monde 2010 et de ce coup de canon de Lampard qui envoie le ballon sur la barre puis dans le but avant qu’il ne ressorte. Le but avait été refusé et l’Angleterre avait été éliminée par la Mannschaft. Quelques années plus tard, avec la Goal Line Technology, ce genre d’affront a définitivement été rayé de nos matchs de football.

Le principe est très simple, grâce à des caméras spécifiques, la position du ballon est calculée en temps réel et quand elle franchit la ligne, l’arbitre reçoit une vibration sur sa montre et un message indiquant le but. Sans interférer sur la rencontre tout en rendant les décisions arbitrales automatiquement plus justes, voici l’exemple d’une intégration parfaite de la technologie dans le sport.

E-sport, la nouvelle façon de jouer au football professionnellement

En dehors des terrains, la technologie a apporté un phénomène venu d’Asie. L’e-sport. Ces compétitions virtuelles n ‘ont pas mis longtemps avant d’investir le monde du football, mais plus encore, c’est un nouveau pan économique et culturel qui s’ouvre aux acteurs du sport roi. Comme celui-ci, l’e-sport peut rapporter de magnifiques récompenses. Si le football n’est pas encore le leader du domaine dans le sport virtuel, la présence de véritables clubs professionnels démontre l’intérêt grandissant de ceux-ci pour un marché en plein essor. Et le potentiel est là. Les mastodontes de l’e-sport peuvent ainsi rassembler des millions de viewers en direct sur un évènement.

On sait que les jeux de football se vendent comme des petits pains et l’avènement des plateformes comme Twitch ont développé un réel intérêt pour le spectacle que représente l’e-sport en Europe ces dernières années. Plus encore, certaines ligues tentent de développer un championnat officiel d’e-sport. Même principe que pour le championnat habituel avec un nouveau virtuel pour chacune des équipes de ligue 1.

Au-delà de l’intérêt commercial, la possibilité de renforcer son image au travers des jeux vidéo est une incroyable vitrine pour tous les clubs. Les compétitions d’e-sport de football ne sont pas encore réellement une bataille rangée comme sur d’autres jeux avec des équipes réputées ou des rivalités. Tout cela se crée avec l’histoire, mais l’objectif est bien là. À terme, les clubs voudraient créer une compétition virtuelle parallèle à la véritable se disputant sur les terrains verts.

Un modèle de football qui a changé

Le projet est avant tout commercial. Deux championnats au lien d’un, c’est une chance de produire deux fois plus de recettes. La multiplication des compétitions internationales s’inscrit aussi dans ce mouvement, la Ligue des Nations en tête. Les recettes des galeries du stade, autrefois première source de revenu d’un club professionnel, ne sont plus que des confettis en comparaison des centaines de millions d’euros qu’ils brassent tous les ans.

Aujourd’hui, l’essentiel de la manne financière des équipes est obtenue par les droits télévisuels. C’est presque exclusivement grâce à cela que la Premier League à créé une marque qui surpasse économiquement les autres.

Dans ce contexte, on comprend aisément pourquoi le monde du football s’intéresse à la technologie comme à l’e-sport. Dans le premier cas, il s’agit de fluidifier les décisions arbitrales tout en prenant en compte l’existence même des caméras. Plus de fautes que tout le monde voit sur le grand écran du stade devant le pauvre arbitre fautif. Pour l’e-sport, l’intérêt économique est bien plus direct avec la création d’une nouvelle branche économique pour les clubs.

La technologie est donc partie intégrante du football et ce mouvement ne risque pas de s’estomper. Espérons que ce soit pour le meilleur.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here